Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 21:19
Hôtel Transylvanie

Réalisateur : Genndy Tartakovsky

Genre : Animation, comédie, action

Durée : 1h31

Pays : USA

Année : 2013

 

Synopsis :

Bienvenue à l’Hôtel Transylvanie, le somptueux hôtel de Dracula, où les monstres et leurs familles peuvent enfin vivre leur vie, se détendre et faire « monstrueusement » la fête comme ils en ont envie sans être embêtés par les humains.
Pour l’anniversaire de sa fille, la jeune Mavis, qui fête ses 118 printemps, Dracula invite les plus célèbres monstres du monde – Frankenstein et sa femme, la Momie, l’Homme Invisible, une famille de loups-garous, et bien d’autres encore…
Tout se passe très bien, jusqu’à ce qu’un humain débarque par hasard à l’hôtel et se lie d’amitié avec Mavis…

Hôtel Transylvanie rassemble tout ce qu'il se fait de mieux en méchants : Dracula, Frankenstein, l'homme invisible, le grand méchant loup, etc... De quoi ravir la fan de gothique et de films d'horreur que je suis !

Bon, certes, il s'agit ici d'un film d'animation, conseillé à partir de 6 ans donc on sait d'avance qu'on ne va pas avoir peur mais qu'on va plutôt passer un bon moment et rigoler. Et le pari est tenu. L'histoire est somme toute sympathique à la fois loufoque et un peu dramatique. Les méchants de tout horizon se rassemble chez Dracula pour leurs vacances ou faire la fête et se plaignent des humains qui sont les méchants pour eux. On dirait le monde à l'envers et pourtant, pourquoi pas ? Et si c'était vrai ! Les vilains se cachent des humains du mieux qu'ils peuvent pour vivre leur vie tranquillement. Et bien entendu, dans tout cela, il y a la fille de Dracula qui elle est fan des humains et rêve de voir leur monde. Sauf que, bien évidemment, papa Dracula n'est pas d'accord et va tout faire pour la désillusionner, en gros. Plus loin dans le film, on comprendra mieux le pourquoi du comment et on sera même pris d'empathie pour ce père qui ne fait que protéger sa fille après avoir eu une mauvaise, très mauvaise, expérience avec les humains. Sauf que, bien entendu, un humain va se mêler à la fête, la fille va tomber amoureuse de lui, etc, etc, on sait comment ça va se finir. Mais voilà, c'est un film pour enfants donc tout ça, on est au courant (normalement) quand on se lance dedans.

L'histoire mise de côté, on passe un très bon moment et le contrat est rempli. Tout d'abord, les personnages ont tous leur côté comique bien à eux et bien particulier en fonction de chacun. Mon coeur penche tout de même vers le grand méchant loup, sa femme enceinte jusqu'aux dents et leur dizaine d'enfants avec lesquels ils ne s'en sortent pas, n'ont aucune autorité. Sauf sur la mignonne petite dernière trop choupinette ! Je ne vais pas faire l'inventaire de chacun mais voilà chaque méchant fait rire à un moment ou un autre. Bon, certes, on ne rit pas aux larmes non plus mais ça reste très sympathique !

Le film n'est pas aussi riche que ça pour en faire des pavés. Cependant, la dernière scène est assez mythique même si la chanson est un peu naze. Attendez de voir Dracula chanter ahahah ! Et puis le générique de fin est entièrement fait en dessins (et non en animation) et je trouve que ça rend le tout très cool ! Rien que d'avoir eu l'idée de revenir aux anciennes techniques, je dis chapeau.

 

Note : 8/10

Repost 0
Published by BBKuma - dans Films Animation
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 21:37
 Les Gardiens de la Galaxie

Réalisateur : James Gunn

Genre : Science-fiction, action

Durée : 2h01

Pays : USA

Année : 2014

 

Casting

Chris Pratt dans le rôle de Peter Quill / Star-Lord

Zoe Saldana dans le rôle de Gamora

Dave Bautista dans le rôle de Drax le Destructeur

Lee Pace dans le rôle de Ronan l'Accusateur

Benicio Del Toro dans le rôle du Collectionneur

Karen Gillan dans le rôle de Nebula

Glenn Close dans le rôle de Nova Prime

Vin Diesel dans le rôle de Groot (voix)

Bradley Cooper dans le rôle de Rocket Raccoon (voix)

 

Synopsis :

Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être…

Cinquantième article de film et pas des moindres. Aujourd'hui, je vous parle des Gardiens de la Galaxie, alias le blockbuster de l'été et le succès de cette "fin" d'année.

Tout le monde en a forcément entendu parler parce que Marvel rivalise de moyens de communication phénoménaux et parce que Marvel est une marque bien installée et qui fonctionne. À première vue, on pense aux Avengers avec les superhéros que l'on connaît en moins. Car oui, on comprend rapidement que ces gardiens sont en fait une équipe de "losers". Pour preuve, ils se retrouvent et forment leur groupe... en prison.

Bien que le film ait fait relativement beaucoup parler de lui - en tout cas sur la toile et notamment les réseaux sociaux - pour une fois, on peut dire que c'est mérité. Du début à la fin, le film s'apprécie énormément et pourquoi cela ? Analyse en quelques points.

Tout d'abord, il nous faut aborder le cas de Rocket et Groot. On a d'un côté un raton-laveur de l'espace, futé et plus intelligent qu'il n'y paraît, doublé par Bradley Cooper (et également derrière les motions captures). De l'autre, même schéma mais avec un tronc d'arbre (oui, oui) porté par... Vin Diesel ! Ces deux personnages atypiques sont vraiment le point indispensable du film dans mon opinion, et honnêtement les deux raisons principales qui m'ont poussée à aller voir ce film. Je n'ai pas envie de trop en dévoiler mais franchement, Groot c'est le best personnage ever ! Bébé Groot <333 Rocket, quant à lui, apporte une grosse part d'humour dans le film et ça fait du bien !

D'ailleurs, l'humour est le second point important du film. En effet, dans un film de super-héros, on pourrait se dire que l'humour n'est pas franchement le point essentiel. Et pourtant, le second degré est très présent et je dois bien avouer que Chris Pratt n'y est pas pour rien. Pourtant, je n'étais pas forcément fan de cet acteur (j'aurais aimé quelqu'un de plus beau gosse pour être honnête :3 là, trop de muscles pour moi !) mais il porte bien le film. Et il est plutôt rigolo le petit !

Un troisième point à aborder serait sans doute le côté un peu plus technique à commencer par la musique. Quelle bande-son ! Fan des années 80 (mais pas des tubes de variétoches français hein, on parle d'un film américain là), il y a de quoi être ravis ! On pourrait également parler des effets spéciaux mais comme on s'en doute, ils sont réalisés à la perfection. Je dois dire que cet environnement spatial m'a un peu fait penser à Star Wars et m'a fait dire que ça manque de films de ce genre en fait :)

Le principal point négatif reste tout de même l'histoire qu'on sent arriver à plein nez et où peu de place est laissé au suspense. Malheureusement, dès le début du film, on sait comment ça va se finir et que les gentils vont finir. Mais finalement, c'est la base des films américains contemporains, surtout les blockbusters (qui prennent le spectateur franchement pour un con certaines fois).

Cela dit, on se doute également fortement que la saga va s'agrandir et qu'ils peuvent faire encore un ou deux films avant de révéler tous les dessous de l'histoire. Et tant mieux !

 

PS : J'espère que vous restez jusqu'à la fin du générique pour la scène bonus ;)

 

Note : 10/10

Repost 0
Published by BBKuma - dans Films
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 10:49
Le rôle de ma vie

Réalisateur : Zach Braff

Genre : Comédie, drame

Durée : 1h47

Pays : USA

Année : 2014

 

Casting

Zach Braff dans le rôle d'Aidan Bloom

Kate Hudson dans le rôle de Sarah Bloom

Mandy Patinkin dans le rôle de Saul Bloom

Joey King dans le rôle de Grace Bloom

Pierce Gagnon dans le rôle de Tucker Bloom

Josh Gad dans le rôle de Noah Bloom

Ashley Greene dans le rôle de Janine

Donald Faison dans le rôle du concessionnaire automobile

 

Synopsis :

Pour sauver son couple, renouer avec son frère et rassembler toute sa famille autour de son père qui vient de tomber malade, Aidan devra tour à tour changer de mode de vie, délaisser son rêve de comédien et partir à l’aventure de la vie d’adulte. Entre Los Angeles, le désert californien et ses propres rêves, saura-t-il trouver le véritable rôle de sa vie ?

Il est l'heure de parler du grand Zach Braff (alias JD dans l'excellente série Scrubs) et de son dernier film : Le rôle de ma vie. Non seulement Monsieur Braff a réalisé le film mais il joue également le rôle principal. Au moins, il s'assure d'avoir un résultat à la hauteur de ses attentes !

Avec un peu de chance dans ma malchance (le film n'est pas projeté dans tous les cinémas....), j'ai eu l'occasion de voir le film en version originale sous-titrée. Même si je dois bien avouer que j'ai plutôt l'habitude de la voix de Zach Braff en français (et oui, je n'ai regardé Scrubs qu'en français !).

Pour tout avouer, je suis allée voir ce film sans vraiment savoir de quoi il parlait. La simple présence de Zach Braff avait suffi à me convaincre. Et bien, je dois dire que j'ai été assez surprise par l'histoire du film et surtout par les émotions qu'elle suscite. On connaissait Zach Braff en version humoristique et oui, l'humour est relativement présent dans le film mais ce n'est pas franchement ce qui prévaut. Au contraire, le côté dramatique prend largement le dessus et, je dois le dire, j'ai versé pas mal de larmes... À quoi cela est donc du ? Ces émotions si fortes viennent du fait du sujet abordé tout au long du film : un être proche en fin de vie. En effet, le père d'Aidan Bloom est atteint d'un cancer et après avoir essayé un traitement expérimental, on apprend qu'il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre car ce traitement ne marche pas sur tout le monde et lui n'y a pas postivement réagi.

De l'autre côté, il y a également les problèmes de couple d'Aidan et Sarah. Aidan est acteur ce qui n'est pas le métier le plus stable qu'il soit, surtout quand on a une famille à nourrir, d'autant plus quand il est difficile d'obtenir un rôle. C'est donc Sarah qui se retrouve à travailler et subvenir aux besoins de son mari et ses deux enfants. On peut facilement imaginer les tensions qui naissent de ce genre de situation.

Puis, il y a également les enfants des Bloom qui justement permettent des scènes drôles et émouvantes. On pense notamment au très beau moment où Aidan les emmène dans le désert sur un coup de tête.

Enfin, il y a le frère d'Aidan, Noah, qui vit reclus dans sa caravane et n'a plus aucun contact avec son père. Bien qu'apparaissant comme un simple geek fan de cosplay et un peu idiot sur les bords, il s'avère qu'il dispose d'une intelligence exceptionnelle que peu lui reconnaissent. Va-t-il faire l'effort de se rapprocher de son père avant que celui-ci les quitte ?

Ces sujets abordés peuvent toucher quiconque regarde le film car tout le monde peut s'imaginer être à la place d'Aidan, imaginer ce qu'on ressentirait si un de nos proches était en fin de vie également. Bref, suffisamment de réalisme pour toucher tout un chacun et faire pleurer le téléspectateur.

 

En résumé, Le rôle de ma vie est un excellent film, parfois déroutant et même surprenant. Cela dit, même si on en sort chamboulé et donc on ne sait pas vraiment ce qu'on a pensé du film sur le coup, c'est une très bonne surprise. Un film à voir pour les fans de Zach Braff mais pas que !

 

 

Note : 8/10

 

PS : Big up à la présence d'Ashley Greene dont j'ai eu tout le mal du monde à reconnaître même si son visage m'était connu ! Mais malgré la présence de son nom en haut de l'affiche, elle a tout sauf un rôle principal. Ses dialogues ne sont pas mémorables puisqu'elle ne parle pas beaucoup de toute façon. On retiendra surtout sa dégaine en cosplay de peluche ahah !

Repost 0
Published by BBKuma - dans Films
commenter cet article
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 10:29
Numéro 9

Réalisateur : Shane Acker

Genre : Animation, aventure, fantastique, science-fiction

Durée : 1h20

Pays : USA

Année : 2009

 

Synopsis :

Dans un futur proche, la Terre a été ravagée par une grande guerre entre les hommes et les puissantes machines qu'ils avaient crées. Sachant l'humanité condamnée, un scientifique créé 9 petites créatures, fragiles et sans défense à partir d'objets divers ramassés dans les décombres. Incapables de s'opposer aux machines, ils ont formé une petite communauté survivant au jour le jour dans les décombres. Mais le dernier né de cette famille, le Numéro 9 a une mission. Il détient en lui la clé de leur survie et devra convaincre ses camarades de quitter leur refuge de fortune pour s'aventurer au coeur du royaume des machines. Ce qu'ils vont découvrir en chemin représente peut-être le dernier espoir de l'Humanité.

J'avais ce film dans ma collection depuis un moment et voilà enfin que je l'ai vu ! Il faut savoir que ce film d'animation est produit par Tim Burton et s'annonçait donc plutôt pas mal.

Finalement, je n'ai pas été tant transportée que ce à quoi je m'attendais. Déjà, je n'aime pas tant tous ces robots et cette ambiance sombre et grise. Trop d'un coup pour moi en tout cas. Certes, les créatures sont toutes mignonnes mais je trouve que ça manquait de quelque chose.

Visuellement parlant, il n'y pas grand-chose à redire. C'est assez agréable à regarder et surtout très fluide. Numéro 9 n'a pas à rougir face aux concurrents car il relève vraiment le défi. Les robots, notamment, sont vraiment bien réalisés.

L'histoire est sympathique mais manque parfois de cohérence. De plus, certains personnages sont trop caricaturaux. Et surtout, c'est méga dépression un peu tout le temps. Les numéros sont les dernières créatures sur Terre puisque tous les humains se sont entretués à cause des robots donc forcément, ce n'est pas très joyeux. Sans compter qu'évidemment les numéros font difficilement face aux robots qui se développent à vitesse grand V. Mais pourtant ils se débrouillent.

Cependant, contrairement à ce qu'on pourrait croire, il n'y a pas de vrai happy end ! Et d'ailleurs le film se finit un peu vite. Il aurait été bon de faire cinq minutes de plus pour expliquer un peu ce qu'il se passe quelques années plus tard... Un peu décevant donc. À voir une fois mais pas plus.

 

Note : 6/10

Repost 0
Published by BBKuma - dans Films Animation
commenter cet article
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 19:43
Triple Alliance

Réalisateur : Nick Cassavetes

Genre : Comédie

Durée : 1h49

Pays : USA

Année : 2014

 

Casting

Cameron Diaz dans le rôle de Carly Whitten

Leslie Mann dans le rôle de Kate King

Kate Upton dans le rôle d'Amber

Nikolaj Coster-Waldau dans le rôle de Mark King

Nicki Minaj dans le rôle de Lydia

Taylor Kinney dans le rôle de Phil

 

Synopsis :

Carly découvre que son nouveau petit ami Marc est un imposteur, lorsqu'elle rencontre accidentellement sa femme, Kate. Carly va se prendre d'affection pour elle, et leur improbable amitié va se renforcer encore un peu plus lorsqu'elles réalisent que Marc les trompe toutes les deux avec une autre femme, Amber.
Les trois femmes vont joindre leurs forces et mettre au point un impitoyable complot pour se venger.

Triple Alliance regroupait de nombreux arguments pour me convaincre d'aller le voir : comédie américaine avec Cameron Diaz, ça me plaît beaucoup ! La bande-annonce était suffisamment convaincante également. Et puis, c'était surtout sans compter sur la présence de l'acteur qui joue Jaime Lannister dans Game of Thrones !

En plus de cela, en ce moment, c'est la fête du cinéma, quoi de mieux donc que d'aller voir un film cool à prix très réduit ?! Et bien, c'est désormais chose faite et je dois bien avouer avoir passer un très bon moment devant Triple Alliance !

Comme la bande annonce le laissait penser, le film est très drôle et les personnages attachants. Cameron Diaz est toujours aussi resplendissante et franchement, on a juste envie d'être elle ! Un physique et un caractère admirables ! Et puis, en tant que femme, on ne peut que se réjouir de voir l'infidèle se faire mener en bateau et souffrir ! Le trio de choc (y'a pas à dire !) est vraiment très drôle, surtout le duo entre Cameron Diaz et Leslie Mann en femme presque parfaite mais un peu trop naïve et bêbête qui forme un très bon équilibre pour le film.

Pas d'énormes surprises au niveau du scénario (on ne va pas voir ce film pour une histoire compliquée !) et pourtant, les scénaristes réussissent à nous pondre une histoire d'argent sale et de blanchiment d'argent.

Est-ce qu'on doit parler de la présence de Nicki Minaj dans ce film ? L'apparition de son nom dans le générique a failli me faire tomber la mâchoire mais j'ai survécu malgré que je n'ai pas bien compris le pourquoi du comment. Enfin bon, son petit rôle était certes pas indispensable mais en même temps, elle l'a pas trop mal fait !

On ajoutera également la très bonne bande originale avec des chansons diverses et variées qui rythment bien le film.

Bref, on peut dire qu Triple Alliance est une comédie très réussie qui plaira certainement plus à un public féminin mais les jolies filles sont là pour ne pas laisser les hommes en reste.

 

Note : 8/10

Repost 0
Published by BBKuma - dans Films
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 11:27
Grace de Monaco

Réalisateur : Olivier Dahan

Genre : Drame, Biopic

Durée : 1h42

Pays : France, USA, Belgique, Italie

Année : 2014

 

Casting

Nicole Kidman dans le rôle de Grace Kelly

Tim Roth dans le rôle du Prince Rainier III

Frank Langella dans le rôle de Francis Tucker

Paz Vega dans le rôle de María Callas

Parker Posey dans le rôle de Madge Tivey-Faucon

Milo Ventimiglia dans le rôle de Rupert Allan

Robert Lindsay dans le rôle de Aristotle Onassis

Derek Jacobi dans le rôle du Comte Fernando D'Aillieres

 

Synopsis :

Lorsqu'elle épouse le Prince Rainier en 1956, Grace Kelly est alors une immense star de cinéma, promise à une carrière extraordinaire. Six ans plus tard, alors que son couple rencontre de sérieuses difficultés, Alfred Hitchcock lui propose de revenir à Hollywood, pour incarner Marnie dans son prochain film. Mais c'est aussi le moment ou la France menace d'annexer Monaco, ce petit pays dont elle est maintenant la Princesse. Grace est déchirée. Il lui faudra choisir entre la flamme artistique qui la consume encore ou devenir définitivement : Son Altesse Sérénissime, la Princesse Grace de Monaco. 

A l'occasion du festival de Cannes, le cinéma de Gaumont Talence proposait une soirée de gala avec champagne et macarons à la clé. Alors forcément, ça a donné envie d'y aller. En option, y'avait l'ouverture du festival de Cannes avant la diffusion du film, Grace de Monaco. Avouons-le, le film était une excuse pour aller manger et boire à l'oeil, mais chut !

De plus, Nicole Kidman est une de mes actrices préférées donc ce film m'a quand même fait plaisir ! Certes, le topo ne m'intéressait pas des masses... Je ne connais pas grand-chose à Grace Kelly ni même à la famille royale de Monaco. Mais justement, le film est assez instructif de ce côté-là. On apprend pleins de choses sur l'histoire de Monaco et de la France puisque les deux sont très liées. On a donc droit à Charles de Gaulle en guest (enfin, c'est pas vraiment lui, hein ! mais assez bien fait je dois dire :D) !

J'ai trouvé les acteurs très convaincants, que ce soit Nicole Kidman (quelle beauté malgré son âge, elle remplit le rôle de Grace Kelly à merveille !) ou même Tim Roth dans le rôle du prince Rainier, très appréciable ! Certes, il s'agit d'un film assez sérieux mais je ne me suis pas vraiment ennuyée. L'histoire est malgré tout assez prenante et quand on ne connaît vraiment rien à l'histoire de Monaco et qu'on ne sait pas comment ça se finit, et bien, on est captivé et on a enfin de savoir la suite !

Malgré tout, ce n'est pas le film que je retiendrai le plus cette année mais j'ai le mérite de l'avoir regardé ! Et puis, si vous aimez les histoires de princesse moderne, ce film est totalement fait pour vous ! De même si vous appréciez Nicole Kidman, ce film est sans doute un must-see dans sa filmographie tant ce rôle semble être taillé pour elle et personne d'autre !

 

Note : 7/10

Repost 0
Published by BBKuma - dans Films
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 16:11
Fairy Tail : La prêtresse du phénix

Réalisateur : Fujimori Masaya

Genre : Animation, action, aventure, fantasy, drame, comédie

Durée : 1h26

Pays : Japon

Année : 2012

 

Synopsis (Nautiljon.com:

Éclair est une jeune femme amnésique qui a perdu l’ensemble de ses souvenirs.
Elle ne souvient plus vraiment de qui elle est ni ce qu’elle faisait avant toutefois elle se rappelle d’une chose importante qu’elle doit effectuer : livrer deux pierres du phénix dans une région reculée.
Ces fameuses pierres du phénix qu’Eclair transporte, détiennent une puissance magique colossale capable de dévaster le monde.

Les nombreux voyages que réalise la jeune femme l’amèneront à Fiore où elle rencontrera moult magiciens de la guilde Fairy Tail.
Ces derniers n’hésiteront pas instant à lui venir en aide et l’épauleront par la suite dans sa mission.
Cette mission pourrait s’avérer capitale pour la survie du monde puisque qu’un étrange magicien aux noirs desseins ainsi que ses acolytes semblent particulièrement intéressés par les pierres du phénix.

Depuis quelques semaines, je me suis lancée dans l'anime Fairy Tail et comme vous le savez peut-être, c'est une série un peu longue (175 épisodes + une nouvelle version qui vient d'être lancée). Je n'ai pas encore terminé les 175 premiers épisodes - bien que je m'en rapproche - donc l'article viendra plus tard. En attendant, j'ai décidé de TOUT regarder donc cela concerne également les OAV et... le film ! Comme je viens de terminer l'arc qui précède le film, je fais les choses comme il faut et j'ai donc regardé le film à suivre ! En vérité, le film n'a pas de grande incidence sur l'histoire et peut donc être regardé plus tard. Mais pas plus tôt :D donc après l'arc de Tenroujima et les sept ans plus tard, c'est bon.

Graphiquement, le film est très joli, les dessins sont soignés comme on pourrait l'attendre d'un film d'animation. Le niveau artistique est donc légèrement au-dessus de l'anime (même si je trouve que l'anime lui-même se défend très bien côté graphismes !). Le nouveau personnage d'Eclair est également très bien fait et hormis le côté graphisme, le personnage est intéressant mais pas assez exploité à mon avis. C'est une jeune fille tourmentée, qui a un passe difficile mais qui ne le montre pas assez et paraît donc souvent trop insipide alors qu'elle pourrait être montrée bien plus en profondeur ! Le personnage de Momon, par contre, me paraît un peu trop vu et revu. C'est Happy mais en poussin quoi ! Cependant, je n'irai pas dire qu'il est inutile puisqu'il est plus que primordial pour Eclair. D'ailleurs, vous pouvez regarder le prologue au film qui dure une dizaine de minutes et explique un peu plus de choses sur Eclair et la naissance de Momon. La vidéo se retrouve en fin d'article !

Côté histoire, j'ai trouvé que ça partait un peu dans tous les sens et ayant fait une petite pause le temps de dormir, je ne savais plus si tel ou tel événement venait du film ou de l'anime. C'est sympa mais sans plus ! Le nouveau groupe de méchant semble relativement fort mais j'ai l'impression qu'ils finissent par se faire battre en deux secondes, on ne sait pas trop comment ! Et puis grosse déception avec le monstre de la fin. Encore un robot tout moche dans le style de Nirvana et du mécha Dragon... S'nul les boîtes de conserve, merde ! De même j'ai trouvé qu'il y avait des combats bien plus impressionants et intensifs dans l'anime. Je m'attendais à mieux de la part d'un long-métrage !

Quoi qu'il en soit, les émotions sont tout de même présentes avec une fin dans les larmes comme Fairy Tail sait si bien le faire ! Très jolie fin :)

Pour résumer, le film n'est pas indispensable pour qui suit la série ou non. Il se laisse regarder sans aucun doute mais n'apporte pas un gros plus à la série. Même si graphiquement, il est très joli, sans parler de quelques personnages qui deviennent un peu étrange avec ces dessins, plus d'efforts auraient pu être faits pour en faire un film d'animation qui calque et non une machine à sous. Mais au moins, je pourrais dire que j'ai tout vu de Fairy Tail après :D

 

Note : 6/10

Repost 0
Published by BBKuma - dans Films Anime
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 21:26
La dernière licorne

Réalisateur : Jules Bass, Arthur Rankin Jr.

Genre : Animation

Durée : 1h32

Pays : Grande Bretagne, Japon, USA, Allemagne de l'Ouest

Année : 1985

 

Synopsis :

Au cœur d’une forêt enchantée vit une licorne solitaire. Un jour, elle entend deux chasseurs déplorer la disparition des licornes. Serait-elle vraiment la dernière de son espèce ? En quête de réponses, elle quitte la forêt mais ne tarde pas à se faire capturer par la Mère Fortune qui l’expose dans son carnaval de créatures mythologiques. Heureusement, l’assistant de la sorcière, un jeune magicien maladroit du nom de Schmendrick, vient à sa rescousse. Ensemble, ils se mettent en route pour le château du roi Haggard où, dit-on, le redoutable Taureau de Feu aurait entraîné toutes les licornes du monde…

Quoi de mieux qu'un film sur les licornes pour une soirée à thème girly ? Je trouve qu'on ne fait pas assez de film d'animation (ou non) sur les licornes alors on fait ce qu'on peut et on se retrouve devant un film des années 80...

Quoi qu'il en soit, il fallait que je fasse un article sur ce film parce que bon... c'est un sacré bout quand même ! Déjà le pitch de départ fait un peu mal au coeur parce que c'est l'histoire d'une licorne qui vit seule dans une grande forêt et qui pense être la dernière licorne ! Trop triste. Et puis un jour, elle apprend que ses copines existent encore et se décide donc à les retrouver ! Ce sera chose faite à la fin du film mais ses copines licornes vont l'ignorer royalement et donc elle va repartir vivre seule dans sa forêt MAIS au moins, elle sait qu'il existe des licornes. Super ! xD Cet exemple résume bien l'esprit du film et la perversité des scénaristes !

On ne va pas tourner autour du pot trop longtemps, ce film est un grand WHAT THE FUCK ?! Tout commence dès le début du film avec deux hommes qui chassent si je me souviens bien mais en arrivant dans la forêt de la licorne, ils décident de faire demi-tour pour pas déranger la dernière licorne. Wokay. PS : On ne les reverra jamais. Puis vient l'entrée en scène du pire personnage de tous les temps : le vieux papillon fou. La licorne lui demande des informations parce que c'est un papillon, qu'il vole et qu'il a beaucoup voyagé et qu'il a donc probablement des infos sur les autres licornes. Sauf qu'au lieu de répondre normalement aux questions simples de notre pauvre bête, non, lui, son kiff c'est de chanter et de faire des poèmes moisis avec des expressions improbables du genre "turlututu chapeau pointu". Oui, véridique ! A partir de ce moment-là, on se dit que le film ne va pas ressembler à ce à quoi on s'attendait !...

Puis vient le moment où on rencontre la méchante sorcière, là, rien d'anormal, si ce n'est son assistant, Merlin n00b de première. Le pire apprenti magicien de tous les temps qui va se retrouver à faire son chemin avec notre licorne. On n'est pas dans la merde.  Il maîtrise si bien sa magie que sa formule fétiche est "Magie, fais ce que tu veux !" AH OUAIS. Y'a du level, les gars ! Il finit même par transformer la licorne en humaine (nue tant qu'à faire, parce qu'il est un peu pervers sur les bords aussi). Et forcément, c'est de pire en pire. Je passe les détails mais on arrive dans un château abandonné, mais pas tant que ça, avec un vrai-faux prince charmant qui n'arrive pas à tomber sous le charme de notre licorne, un crâne qui parle, un gros chat fou, un taureau géant et les vagues de la mer qui sont en fait les licornes.

Voilà, voilà ! J'pense qu'avec tout ça, vous avez bien ce qu'il vous faut pour NE PAS regarder ce film ! Enfin, je dirais qu'on peut regarder ce film au moins une fois pour se rendre compte. Mais vaut mieux le regarder en toute innocence comme ça a été le cas pour moi. Si vous savez que ça va être pourri, vous perdrez votre temps xD

Dernière petite précision : la musique joue un rôle primordial ! Et oui, quand il n'y a pas de dialogue, les chansons (chantées) prennent le relais et à ce moment-là, il faut bien écouter les paroles qui racontent des choses ! Pas de bol quand c'est en anglais et qu'on n'y fait pas gaffe tout de suite. On n'a peut-être perdu du sens, zut alors !

 

Note : 3/10

La dernière licorne
Repost 0
Published by BBKuma - dans Films
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 14:16
Le Hobbit : la Désolation de Smaug

Réalisateur : Peter Jackson

Genre : Fantastique, Aventure

Durée : 2h41

Pays : USA, Nouvelle-Zélande

Année : 2013

 

Casting :

Ian McKellen dans le rôle de Gandalf

Martin Freeman dans le rôle de Bilbon

Richard Armitage dans le rôle de Thorin

Orlando Bloom dans le rôle de Legolas

Evangeline Lilly dans le rôle de Tauriel

Cate Blanchett dans le rôle de Galadriel

Aidan Turner dans le rôle de Kili

Christopher Lee dans le rôle de Saroumane

Hugo Weaving dans le rôle d'Elrond

Luke Evans dans le rôle de Bard

Lee Pace dans le rôle du Roi Thranduil

 

Synopsis :

La suite des aventures de Bilbo et ses compagnons nains. Cette fois, ils font une mauvaise rencontre avec les elfes qui les emprisonnent. Ils découvrent également Lacville, au pied de la montagne où les nains vont pouvoir s'emparer de leur trésor. A condition de se débarrasser du dragon Smaug qui garde précieusement les trésors de la montagne.

Après un an d'attente, Le Hobbit est de retour pour notre plus grand bonheur ! On avait hâte de découvrir Smaug en entier, c'est désormais chose faite ! Et quel dragon !

Histoire de nous remettre dans le bain, nous avons profiter d'une soirée Hobbit pour revoir le premier volet avant de s'attaquer au deuxième. Je ne cacherai pas que 6h de films, ça me faisait un peu peur mais à coup de Monster, on a tenu le coup ! On ne peut pas dire que c'était une avant-première puisque le deuxième épisode a commencé après minuit et donc le jour de sa sortie (Gaumont, bande de voleurs !).

Comme pour Un Voyage inattendu, pas de déception. Le film est beau et bien écrit. Les personnages au top de leur forme et puis on adore revoir Legolas ! Un nouveau personnage a été ajouté : l'elfe Tauriel dont Legolas est amoureux mais qui tombe sous le charme du nain Kili. Faut dire que Kili est plutôt beau-gosse pour un nain ! Alors forcément, j'entends déjà d'ici les complaintes des fans de la première heure, du fait que Peter Jackson dénature le livre original et tout ça. Apprenez donc à apprécier ce qu'on vous sert ! Je trouve qu'au contraire c'est une bonne chose qu'il ait pris l'initiative de développer l'histoire et l'univers de Tolkien car ce dernier ne pourra plus nous contenter !

Du début à la fin, j'ai savouré le film et comme d'habitude, les trois heures sont passées à une sacrée vitesse. Encore une fois, le compositeur fait un travail de fou et nous propose une bande originale des plus délectables. 

De plus, l'humour est bien présent dans cet épisode, certains passages sont à mourir de rire et ça fait du bien ! Certains diraient que quelques passages sont what the fuck (et c'est vrai) mais franchement c'est tellement drôle ! Surtout le passage des nains dans les barils xD

Si je devais faire une toute petite critique, ça serait au niveau de Smaug. D'accord, ce dragon est badass et même très très classe (et gigantesque) mais je dois avouer avec été légèrement étonnée lorsque je l'ai entendu parler. On a du mal à savoir si c'est des transmissions de pensée ou s'il parle réellement au début et c'est assez perturbant ! Mais bon, ça s'accepte assez finalement parce qu'après tout, il s'agit là d'un film fantastique donc tout est possible, n'est-ce pas ?

Ce Hobbit est au même niveau que son prédécesseur voire même un poil au-dessus. Les deux films sont assez différents mais dans les deux cas, on se retrouve face à un excellent film, dans la lignée de leurs prédécesseurs. On en redemande encore mais il va falloir, à nouveau, attendre un an !

 

Note : 10/10

Le Hobbit : la Désolation de Smaug
Repost 0
Published by BBKuma - dans Films
commenter cet article
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 13:37
20 ans d'écart

Réalisateur : David Moreau

Genre : Comédie, Romance

Durée : 1h32

Pays : France

Année : 2013

 

Casting :

Virginie Efira dans le rôle d'Alice Lantins

Pierre Niney dans le rôle de Balthazar

Gilles Cohen dans le rôle de Vincent Khan

Amélie Glenn dans le rôle de Lise Duchêne 

Charles Berling dans le rôle du père de Balthazar

Michaël Abiteboul dans le rôle de Simon Meyer

Camille Japy dans le rôle d'Elisabeth Lantins

 

Synopsis (Allociné) :

Alice Lantins a 38 ans. Elle est belle, ambitieuse et fait preuve d’une impeccable conscience professionnelle au point d’en oublier sa vie privée. Bref, elle a tout pour devenir la prochaine rédactrice en chef du magazine « Rebelle », tout sauf son image de femme coincée. Mais lorsque le jeune et charmant Balthazar, à peine 20 ans, va croiser le chemin d’Alice, le regard de ses collègues va inexplicablement changer. Réalisant qu'elle détient la clef de sa promotion, Alice va feindre la comédie d’une improbable idylle.

 

20 ans d'écart est une comédie française, une de ses rares films français qu'on arrive à apprécier ! Et oui, je ne suis pas vraiment fan du cinéma français mais les comédies françaises passent plutôt bien en général. Autant le dire tout de suite, j'ai beaucoup aimé 20 ans d'écart, et il faut dire que tout est réuni pour que ça marche !

Tout d'abord, au niveau du casting, avouons-le, à part Virginie Efira, on n'a affaire qu'à des inconnus mais cela n'empêche pas les bonnes découvertes. Je n'avais pas encore eu l'occasion de voir Virginie Efira dans son rôle d'actrice mais j'en avais entendu du bien et j'ai pu le vérifié dans ce film. Franchement, la belge n'a rien à envier à un Cameron Diaz. Elle est parfaite dans son rôle, à la fois belle et marrante. Du côté des découvertes, applaudissons la performance du jeune Pierre Niney (de la Comédie Française pour le nom à rallonge) qui m'a éblouie également ! Un mec sympa qu'on aimerait bien avoir dans son entourage.

Bien que l'histoire puisse paraître un peu classique, le thème (des cougars) est abordé très différemment et puis ce n'est pas quelque chose de si utilisé dans le cinéma français. Aucune comparaison ne me vient à l'esprit si ce n'est dans le cinéma américain. J'ai apprécié ce mélange de vraie-fausse histoire d'amour plongée dans le milieu de la mode puisque c'est aussi le coeur de l'histoire : sauver sa carrière coûte que coûte (et d'ailleurs, à ce niveau-là on sait bien qu'on est dans du cinéma français...). Mais l'histoire fonctionne ! Bien entendu, on sait que dans ce genre de films, on va avoir le droit à un happy ending mais on garde toujours une part de doute en se demandant comment la situation va évoluer.

Au final, on peut dire qu'on passe un bon moment devant ce film. L'histoire est intéressante et on plonge rapidement dessus, avec l'envie de connaître les suites de la relation entre Alice et Balthazar, mais surtout on rigole beaucoup. Parce que ce n'est pas seulement une romance, c'est aussi une comédie et le mélange est plutôt bien dosé, de quoi ravir le téléspectateur et ne pas l'endormir.

 

Note : 8/10

20 ans d'écart
Repost 0
Published by BBKuma - dans Films
commenter cet article

Vous prendrez bien une tasse de culture asiatique avec un soupçon de cinéma et de télévision ?

Recherche

Catégories