Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 00:35

po 

 

Titre original : 인류멸망보고서

Réalisateur : Kim Ji Woon, Im Pil Seong

Genre : Horreur, drame, science-fiction, fantastique

Durée : 1h53

Année : 2012

Pays : Corée du Sud

 

Casting :

 

Ryu Seung Beom dans le rôle de Yun Seok Wu (Le meilleur des mondes)

Go Jun Hee dans le rôle de Kim Yu Min (Le meilleur des mondes)

Kim Kang Woo dans le rôle de Park Do Won (La créature céleste)

Song Yeong Chang dans le rôle du président Kang (La créature céleste)

Kim Gyu Ri dans le rôle de Hye Ju (La créature céleste)

Song Sae Byeok dans le rôle de l'oncle de Min Seo (Happy Birthday)

Jin Ji Hee dans le rôle de Min Seo (jeune) (Happy Birthday)

Yun Se Ah dans le rôle de la mère (Happy Birthday)

 

Synopsis : 

  • Le meilleur des mondes (멋진 신세계 par Im Pil Seong)

Seok Wu est un jeune rat de laboratoire militaire qui va se retrouver à l'origine d'une contamination de la race humaine. 

Après avoir mangé du boeuf contaminé, il se retrouve infecté par un virus qui va vite avoir les symptômes de la rage. Le virus se transmet très rapidement et les victimes deviennent de plus en plus sauvages et brutales tels des zombies. Très vite, la Corée du Sud se retrouve en état d'urgence, incapable de trouver le patient zéro afin de développer un vaccin tandis que le nombre de contaminés augmente de jour en jour.

  • La créature céleste (천상의 피조물 par Kim Ji Woon)

Dans le futur, l'entreprise UR fournit particuliers et professionnels avec ses robots aux capacités extrêmement développées. 

Le robot RU-4 travaille au sein d'un temple bouddhiste. Mais voilà qu'il prétend avoir atteint l'illumination. Un agent technique d'UR est alors appelé afin de vérifier l'état du robot. L'agence va prendre ce cas très au sérieux, refusant qu'un robot prétende ayant accéder à ce que l'humain est quasiment incapable d'atteindre, après des années de concentration. Pour UR, les robots sont les serviteurs des humains et ne doivent en aucun cas les dépasser.

  • Happy Birthday (해피 버스데이 par Im Pil Seong)

La fin du monde approche. Un énorme approche effectivement et va entrer en collision avec la Terre, causant de gros dégâts. Tous les habitants se réfugient comme ils peuvent dans des abris anti-atomiques ou sous terre.

Cependant, cet objet jusqu'alors non identifié s'avère être une boule de billard n°8 de dix kilomètres de diamètre. Min Seo, une petite fille, se rend alors compte qu'elle a commandé cette même boule de billard deux ans auparavant afin qu'elle arrive pour son anniversaire. La collision est justement prévue le jour de son anniversaire. Cette boule de billard géante et la fin du monde qui l'accompagne semblent donc être son cadeau d'anniversaire.

 

 

 

Doomsday Book est un triptyxque ou, pour faire simple, trois films en un. Le film est donc composé de trois parties différentes sans aucun rapport les unes avec les autres si ce n'est sur le thème. Ici, on a effectivement à faire à des films mettant en scène la chute de l'humanité. Réalisés par deux réalisateurs différents, chaque épisode est bien différent des autres.

Dans le premier tiers, on a à faire à une infection et à la transformation des humains en sorte de zombies. On peut dire que j'ai apprécié. J'ai beaucoup aimé le fait qu'on soit face à une sorte de cercle. Tout part d'un déchet jeté par le personnage principal qui est le premier qui va être infesté à cause de ce déchet qui a contaminé les aliments pour bétail puis le boeuf qu'il allait manger quelques temps plus tard. C'était vraiment bien trouvé. Il y a aussi un côté assez humoristique lorsque l'on voit les débats télévisés où tout le monde devient fou. Bref j'ai trouvé que c'était une belle entrée en la matière et une bonne façon d'aborder le sujet de la fin du monde. Il y a aussi un côté assez réflexif sur le fait de recycler et trier ses déchets comme il faut. On remarquera aussi le fait que cette première partie est parfois assez crue. Contrairement à ce que l'on voit dans les films asiatiques, ici les protagonistes s'embrassent goulument et on voit même des prémices d'atouchements, sans parler de la violence physique puisque les humains infectés deviennent des créatures sanglantes et très violentes.

Le deuxième épisode est très différent. Ici, les robots sont mis en avant. Et oui, et si les robots nous surpassaient ? Et bien, ceci est la question centrale de cette partie. Ainsi, une entreprise de robots domine la Corée du Sud et fournit ses robots à un peu tout le monde et notamment à un temple bouddhiste. Le problème, c'est que le robot en question prétend avoir atteint l'illumination, ce à quoi très peu de moines bouddhistes arrivent à accéder. Ici se pose donc la question de la supériorité des humains sur les robots. En tant que créature des humains, cela paraît inconcevable que le robot surpasse les capacités humaines. Une partie plutôt touchante, surtout lorsque l'on voit le robot qui cherche à sauver les humains alors que certains d'entre eux veulent l'abattre. Bien que l'histoire soit belle, j'ai un peu moins accroché.

La dernière partie reste tout de même ma préférée. Au centre de l'histoire, on retrouve une histoire d'extraterrestres plus ou moins. Le prétexte de l'histoire semble tellement absurde que ça en devient drôle et intéressant à la fois. En effet, tout part d'une petite fille qui commande une boule de billard sur internet et qui en jette une autre par la fenêtre. Celle-ci semble partir au centre de la Terre. Des années plus tard, la "commande" de la jeune fille va arriver sous la forme d'une météorite ayant la forme d'une boule de billard. Cette météorite est sur le point d'impacter la Terre et donc tout le monde se prépare à la fin du monde. J'aime beaucoup ce genre de scénario catastrophe. Là encore, on rigole beaucoup en voyant les émissions télévisées où tout le monde pète des câbles. La famille de la jeune fille se réfugie dans le bunker qu'ils ont construit et aménagé et vont y survivre pendant de longues années jusqu'à ce qu'ils en sortent et que la jeune fille rencontre une sorte d'extraterrestre qui a attendu toutes ces années pour lui livrer sa boule de billard en main propre. J'ai tout simplement adoré cette histoire, une sorte de poéme mêlé à un scénario catastrophe. La meilleure des trois, sans hésiter ! Les personnages sont tous touchants, drôles et adorables. 

Avec ces trois histoires très différentes les unes des autres, on recouvre tout de même bien les différents scénarios sur une éventuelle fin du monde. Ce qu'on peut en conclure malgré tout, c'est qu'a priori, ce seront les hommes qui les pousseront à leur perte.

 

Note : 8/10

Doomsda-Book.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by BBKuma - dans Films asiatiques
commenter cet article

commentaires

Vous prendrez bien une tasse de culture asiatique avec un soupçon de cinéma et de télévision ?

Recherche

Catégories